Une centaine de départs dans un week-end....

Montée en puissance du Samedi au Dimanche soir

Le must du Rallycross : un départ de Division 1...

Dans les trois manches qualificatives, les voitures partent à cinq de front pour quatre tours de circuit. Le circuit est mixte - terre/bitume - et il ne fait qu’un kilomètre de long. En finale, les pilotes partent à six, deux par ligne pour cinq tours de piste. Un week-end de rallycross, c’est une bonne centaine de départs pour des courses très courtes de trois à quatre minutes seulement : un rythme très dense !
Manches qualificatives

Le Samedi matin est uniquement consacré aux essais libres. Puis, en tout début d’après-midi, il y a les essais chronométrés par Division. Immédiatement, ils sont suivis par une première manche qualificative permettant d’établir une hiérarchie sportive pour les quatre Divisions (1, 1A, 3 et 4) qui ne se rencontrent jamais. Le premier des essais chronométrés, puis le troisième, le cinquième, le septième et le neuvième sont sur une même ligne pour quatre tours de piste dans cette première manche qualificative. Une autre série met en lice le second, le quatrième, le sixième, le huitième et le dixième. La réglementation permet, en mélangeant les forces en présence dès le début du meeting, d’éviter les confrontations directes... Au terme de la première manche, un classement est établi dans chaque Division : des points (1, 2, 3, 4, etc) sont accordés dans l’ordre des chronos réalisés. Ce qui permet de constituer les grilles de départ pour la
seconde manche qualificative du Dimanche matin dans laquelle nous retrouvons, dans la première série, le premier, le troisième, le cinquième, le septième et le neuvième de la première manche qualificative.
L’addition des points de la première et de la seconde manche détermine les grilles de départ de la troisième et dernière manche courue le Dimanche en tout début d’après-midi. Pour établir les grilles de départ des finales (C, B et A) des quatre Divisions, on conserve les deux meilleures manches sur trois.
Si le nombre de concurrents est important dans une Division, ce qui est souvent le cas en D3 et D4, il y a même une finale D.


Finales


Les 16 meilleurs pilotes de chaque Division sont qualifiés pour les finales C, B et A, qui se disputent sur cinq tours. Auparavant, il y a une finale D, si dans la catégorie il y a plus de 22 pilotes, ce qui sera le cas en D3 et D4. Les grilles de départ de ces finales sont différentes de celles des manches qualificatives. Les pilotes se placent comme sur une grille de Formule
1 : deux par ligne mais sur trois niveaux seulement séparés de cinq mètres. Les cinq premiers au terme des deux meilleures manches sont qualifiés en finale A, les cinq suivants en finale B et les six derniers en finale C. S’il y a une finale D, le premier de cette finale se placera en dernière ligne de la finale C. Le vainqueur de la finale C se positionnera en troisième et dernière ligne de la finale B et le premier de la finale B prendra place en dernière ligne de la finale A.
En pole position de la finale A, nous retrouvons le meilleur pilote à l’issue des deux meilleures manches qualificatives. A sa gauche, en première ligne, le second meilleur
pilote. Des points (20, 17, 15, 13, etc.) sont accordés aux 16 premiers de chaque Division au terme du week-end.
En fin de saison, la Fédération Française du Sport Automobile retranchera le moins bon résultat (on gardera donc les 9 meilleurs résultats sur 10 en D1 et D1A, les 8 sur 9 en D3 et D4). Depuis trois ans, c’était l’intégralité des courses qui était conservée comme en F1 ou en WRC.







© Rallycross de Lohéac - 31 Rue Louise de Bettignies, 35200 Rennes - Tel / Fax : (33) 02 99 30 61 03
|Nous contacter ... |


Deux roues motrices, 1600 cm3, 240 ch, pas de turbo :
en deux ans, la D1A a séduit de nombreux pilotes.



Un règlement technique très libéral caractérise la D3.
Ce qui nous donne des courses très spectaculaires.




C’est la D4 qui rassemble le plus de pilotes.
Les places sont chères pour accéder à une des finales...

Comments