le déroulement du meeting


Historique, les manches qualificatives, les finales

Rallycross, un week-end complet.

Le rallycross est une des nombreuses disciplines du sport automobile. Sa particularité par rapport aux autres courses : les voitures partent à cinq de front pour cinq tours d’un circuit mixte, terre/bitume d’un kilomètre de long. En finale, elles sont six, réparties sur trois lignes pour six tours de piste. Un week-end de rallycross, c’est une bonne centaine de départs pour des runs de trois à quatre minutes seulement : un rythme haletant, sans presque aucun répit. Les milliers de spectateurs apprécient…

De nombreuses disciplines du sport automobile (circuits, rallyes, courses de côte, trial) sont nées outre Manche, en Angleterre. Le rallycross aussi ! En novembre 1967, le RAC Rally, devenu par la suite une des manches du Championnat du Monde des Rallyes, fut annulé. La raison : une épidémie de fièvre aphteuse qui a mobilisé l'ensemble des forces publiques vers la campagne britannique. Pour ne pas annuler le rallye, et, surtout, pour respecter un contrat TV avec la BBC, les organisateurs tracèrent sur le petit circuit bitume de Lydden Hill, à une dizaine de kilomètres de Douvres, une piste moitié macadam, moitié terre, délimitée par de simples bottes de paille. Au volant de leurs voitures de rallye, les pilotes partirent à quatre sur une même ligne pour trois tours de circuit. Le rallycross était lancé. Dès 1968, une réglementation britannique définissait cette nouvelle forme de course automobile, puis les pays scandinaves ont rapidement adopté cette discipline, qui est ensuite, redescendue du Nord de l’Europe vers la Hollande, puis la Belgique. La première épreuve française s’est déroulée à… Lohéac, le dimanche 5 septembre 1976 sur un petit circuit de 850 m de long, tout en terre battu, tracé à la va-vite au bulldozer dans un champ en jachère. Dès 1977, un Championnat de France fut créé et le déroulement des courses n’a pas beaucoup changé.

Manches qualificatives
Le samedi, en fin d’après-midi, après les essais chronométrés, une première manche qualificative permet d’établir une hiérarchie sportive pour les quatre Divisions (1, 2, 3 et 4) qui ne se rencontrent jamais. Le premier des essais chronométrés, puis le troisième, le cinquième, le septième et le neuvième sont sur une même ligne pour cinq tours de piste. Une autre série rassemble le second, le quatrième, le sixième, le huitième et le dixième. La réglementation veut, en mixant les forces en présence dès le début du meeting, éviter les confrontations sportives directes… Au terme de la première manche, un classement est établi dans chaque Division : des points (1, 2, 3, 4, etc) sont accordés dans l’ordre des chronos. Cela permet de constituer les grilles de départ pour la seconde manche qualificative du dimanche matin dans laquelle nous retrouvons, dans la première série, le premier, le troisième, le cinquième, le septième et le neuvième de la première manche qualificative. L’addition des points de la première et de la seconde manche détermine les grilles de départ de la troisième et dernière manche courue le dimanche en début d’après-midi. Pour établir les grilles de départ des finales (C, B et A) des quatre Divisions, on conserve les deux meilleures manches sur trois.
Finales
Les 16 meilleurs pilotes de chaque Division sont qualifiés pour les finales C, B et A, qui se disputent sur six tours. Les grilles de départ de ces finales sont différentes de celles des manches qualificatives. Les pilotes se placent comme sur une grille de Formule 1 : deux par ligne mais sur trois niveaux seulement séparés de six mètres. Les cinq premiers au terme des deux meilleures manches sont qualifiés en finale A, les cinq suivants en finale B et les six derniers en finale C. Le vainqueur de la finale C se placera en dernière ligne de la finale B et le premier de la finale B prendra place en dernière ligne de la finale A. Des points (20, 17, 15, 13, etc.) sont accordés aux 16 premiers de chaque Division.
Grosse nouveauté cette saison, la Fédération Française du Sport Automobile retiendra tous les résultats comme en Championnat du Monde des Rallyes ou dans les Grands Prix de Formule 1. Aucun décompte ne sera effectué. Ainsi on additionnera les onze courses pour les deux Championnats de France de D1 et de D2, les dix en Coupes de France de D3 et de D4.
Comments