Histoire‎ > ‎

Les règles du rallycross (Chpt de France)

Note 2013 : Le Championnat d'Europe a évolué - voir les news

Présentation des règles du Championnat de France

Les voitures

Quatre catégories de voitures peuvent concourir.
Deux sont aux normes européennes, «esprit WRC» en Division 1, «esprit Super 1600» en Division 1A, deux autres restent aux normes strictement françaises T3F en Division 3, F 2000 en Division 4.


Deux championnats
Division 1
Depuis 2002, la Fédération Française du Sport Automobile a restreint la Division 1, la catégorie reine, aux seules voitures construites dans l’esprit des WRC du Championnat du Monde des Rallyes. Il ne faut pas se tromper, les voitures de Division 1 ne sont pas des copies de la Citroën C4 de Sébastien LOEB ou de la Ford Focus de Mikko HIRVONEN. Si leur look extérieur est identique, leur configuration mécanique est totalement différente. Comme en WRC, la voiture doit être avant tout homologuée en groupe A (voitures construites à 2 500 exemplaires en 12 mois consécutifs). Ainsi le moteur, qui doit aussi rester dans l’emplacement d’origine (moteur de même marque que la voiture), peut se placer différemment : les moteurs des voitures de Division 1 sont en grosse majorité en position longitudinale et non transversale comme sur les Focus WRC ou les C4 WRC d’usine. Seules les Xsara de rallycross de Marc LABOULLE et de Jean-Claude LEMOINE possèdent un moteur transversal. La puissance est supérieure en rallycross car le turbo est libre. Toutefois les pilotes ont le choix de bride au turbo : 40 mm pour un poids de la voiture de 1120 kg, 45 mm pour un poids de 1200 kg. Quasiment tous les pilotes ont choisi la bride de 45 mm qui, suivant les moteurs, permet d’avoir entre 450 et 500 ch.
Quelques rares pilotes, dont Marc LABOULLE, le leader du Championnat de France de Division 1, ont conservé la bride de 40 mm. Certes LABOULLE n’a que 400 ch mais sa voiture pèse 80 kg de moins! N’oublions pas que les WRC du Championnat du Monde des Rallyes ont une bride de 32 mm (300 ch officiellement). Par contre, la transmission intégrale en rallycross est moins sophistiquée que sur les voitures de rallye. Avec l’utilisation d’éléments de carrosserie (ailes, capots) en polyester ou mieux, en carbone (matériaux d’origine en WRC), les voitures de rallycross sont plus légères à cylindrée égale (1200 kg ou 1120 kg – suivant la bride – contre 1230 pour une WRC). Avec plus de puissance et un peu moins de poids, les voitures de rallycross sont donc plus rapides que les voitures du Championnat du Monde des Rallyes ! Presque tous les pilotes ont choisi des voitures françaises :
Peugeot 206 ou 207, Citroën Xsara ou C4, Renault Clio II et bientôt III. Seuls Céline MÉNIER et Pascal LE NOUVEL pilotent des Ford Focus, alors que Mickaël POIRIER découvrira à Lohéac sa nouvelle BMW 120 i «WRC».

Division 1A
Le deuxième Championnat de France est ouvert depuis cette année aux D1A, comme en Championnat d’Europe de rallycross. La réglementation technique est identique à elles des voitures de D1. Simplement elles sont à deux roues motrices, d’une cylindrée maximum de 1600 cm3 et elles ne disposent pas de turbo. Le poids minimum, avec pilote à bord, est de 950 kg. Deux solutions pour les pilotes. Choisir une voiture déjà existante en catégorie Super 1600 de rallye comme l’on fait Eric GUILLEMETTE (Renault Clio Super 1 600), Jessica TARRIÈRE (Fiat Punto Abarth Super 1600) ou David DESLANDES et Dominique Le NOAC’H (tous deux sur des Citroën Saxo Super 1 600) ou conserver une voiture de la génération kit car, comme Samuel PEU (Citroën Saxo kit car). L’autre idée est de construire une voiture dans l’esprit Super 1600. Davy JEANNEY dispose d’une Peugeot 206, Alexandre ANNE et Adeline SANGNIER de Citroën C2, Denis Rousse d’une Renault Clio III RS et Roman FERRERO, le vainqueur de la Logan Cup 2008, d’une Logan Dacia. Quel que soit le choix des pilotes, les performances sont similaires !

Deux Coupes
Division 3
La réglementation technique de la Division 3 est très libérale : les châssis tubulaires sont recouverts de la carrosserie plastique d’une voiture existante (Tourisme ou Grand Tourisme), les moteurs sont libres (cylindrée maximum 3500 cm3 en atmo, 2050 cm3 en turbo) de marque et à l’emplacement indifférents ! Sans compter que la transmission est à quatre roues motrices. Deux échelles de poids sont admises : 830 kg pour les moins de 2 litres, 950 kg pour les plus de deux litres. Afin d’essayer de trouver un équilibre sportif entre les voitures à moteur turbo ou atmo, le législateur a imposé une bride de 36 mm (placée sur le turbo de 45 mm) aux voitures… turbocompressées. La quasi-totalité des pilotes a maintenant choisi des moteurs atmosphériques : V6 Nissan 3.5 ou BMW 3.2. Les meilleurs moteurs atmosphériques disposent de 440 ch !

Division 4
Seconde Coupe de France en Division 4. Le pouvoir sportif a mis dans cette catégorie uniquement les F 2 000 que nous retrouvons dans les rallyes nationaux français. Une bonne idée pour amener en rallycross des pilotes qui débutent dans cette discipline. C’est d’ailleurs dans cette catégorie qu’il y a le plus de pilotes. Le choix des voitures est vaste : Audi A 3 pour Yvonnick JAGU, Volkswagen Golf IV pour Dominique GERBAUD, Renault Clio II RS pour David VINCENT et Emmanuel ANNE, Peugeot 306 Maxi pour Laurent JACQUINET et Ivan BEDOUET, Citroën Saxo VTS 16V pour Rudolf SCHAFER, Honda Civic Type R pour Franck HARDONNIÈRE et Romain SANGNIER, etc.
Sous-pages (1) : le déroulement du meeting
Comments